Saint-Étienne

Au début de l’année 2019, la ville de Saint-Etienne a communiqué sur son projet d’installer, au titre d’une expérimentation sécuritaire, plusieurs dizaines de capteurs sonores dans un quartier de la ville afin d’en capter les « bruits suspects » (klaxons, bris de verres, bombes aérosols…). L’objectif est d’aider à l’intervention plus rapide des services de la police. Les premières phrases du projet prévoyaient également l’utilisation de drones qui auraient décollé automatiquement pour renseigner la police sur la nature des bruits suspects. Pour l’heure, cette phase comportant des drones est néamoins abandonnée.

Le projet est promu par le maire, Gaël Perdriau, avec l’aide de la société « Serenicity », dirigée par Guillaume Verney-Carron, président de la société Verney-Carron établie à Saint-Étienne, fabricant d’armes et de lanceurs de balles de défense type flash-ball. Le projet a été notamment intitulé « SOFT » pour « Saint-Etienne Observatoire des Fréquences du Territoire ». Le 8 mai 2019, il a été annoncé que la mise en place de cette expérimentation était repoussée en attente d’un avis à venir de la CNIL.

Financement(s)

Le projet est en partie financé par l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine (ANRU) dans le cadre du programme « « Programme d’investissement d’Avenir Ville et territoires durables ».

Plus d'infos sur :

Capteurs sonores et Serenicity