Marseille : lettre ouverte pour les municipales

Municipales : Appel aux candidat.e.s à s’opposer à la fuite en avant techno-sécuritaire Cette lettre ouverte a été publiée dans le journal La Marseillaise dans l’édition du 5 mars 2020 Depuis plusieurs années, la mairie de Marseille se livre, à l’instar d’autres municipalités françaises, à une dangereuse fuite en avant en matière de surveillance de la …

Technopoleaks : dites-nous ce que fait votre patron

La campagne Technopolice a mis en place une plateforme de fuite (ou leaks en anglais) de documents. Elle s’adresse particulièrement aux personnes travaillant dans des entreprises mettant en œuvre des projets technopoliciers (reconnaissance faciale, vidéosurveillance automatisée, IA, aide à la décision sécuritaire ou policière, détection de « comportements suspects », etc), ou travaillant dans des mairies ou …

Café-débat à Rennes sur la Technopolice

Le 13 mars de 19h à 21h au café Milles Potes, 4 Boulevard de la liberté, Rennes À Rennes, la vidéosurveillance est utilisée depuis 2010. En 2016, des actions de résistance à la surveillance surviennent n’empêchant pas la ville d’élargir son parc de caméras et d’installer des caméras « mobiles », faites pour être déplacées d’une rue …

À Marseille, tout le monde déteste la Technopolice !

31 janvier et 1er février : deux journées pour s’opposer à la Smart City sécuritaire à Marseille ! (exposition – conférence publique – ateliers – actions) À Marseille, la mairie nous a concocté plusieurs projets pour faire entrer la police dans l’ère de l’« intelligence artificielle ». Dans une ville où les services municipaux dysfonctionnent à tous les étages, …

La reconnaissance faciale, ce sont les hommes du XIXème siècle qui en parlent le mieux

Suite à l’avis de la CNIL indiquant que l’expérimentation de la reconnaissance faciale dans deux lycées de la région Sud-Paca était illégale, nous avons analysé les réactions à chaud de messieurs Muselier et Estrosi sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter les 29 et 30 octobre 2019, ainsi que dans un article de Nice-Matin daté …

Pour imposer la reconnaissance faciale, l’État et les industriels main dans la main

Nous republions la tribune de Félix Tréguer et Martin Drago parue dans Le Monde du 25 octobre 2019. L’inévitable débat sur la reconnaissance faciale arrive enfin en France, et le gouvernement esquisse sa réponse. Dans un entretien paru dans Le Monde du 15 octobre, le secrétaire d’Etat au numérique Cédric O, ancien cadre du groupe …

Projet Serenicity de micros dans les rues de Saint-Etienne, flop à venir?

Ce projet, qui vise à l’installation de «capteurs sonores» dans les rues d’un quartier populaire de Saint-Etienne, Tarentaize-Beaubrun, pour détecter automatiquement les «bruits suspects», est actuellement en sommeil. Mais pas arrêté ! [Cet article est d’abord diffusé dans le journal alternatif local Couac. *] Au conseil municipal de Saint Etienne du 16 septembre, un conseillé Nouvelle Gauche a posé …

Reconnaissance faciale dans les lycées : débat impossible ?

En septembre dernier, La Quadrature du Net, avec des militants locaux associés à la campagne Technopolice.fr, est allée rencontrer des lycéennes et des lycéens de l’établissement Ampère à Marseille, où doit avoir prochainement lieu une expérimentation de reconnaissance faciale. Retour sur cette action et point d’étape sur notre recours contre ce projet de la région …

La Quadrature du Net attaque l’application ALICEM, contre la généralisation de la reconnaissance faciale

Lundi dernier, La Quadrature du Net a déposé un recours devant le Conseil d’État pour demander l’annulation du décret autorisant la création de l’application mobile intitulée « ALICEM », pour « Authentification en ligne certifiée sur mobile ». En y conditionnant la création d’une identité numérique à un traitement de reconnaissance faciale obligatoire, le gouvernement participe à la banalisation …

Mouchards et drones à Saint-Etienne : le maire veut étouffer le débat

La Quadrature du Net publie et analyse les documents obtenus auprès de la mairie de Saint-Etienne sur son projet de « Safe City ». Micros couplés à la vidéosurveillance, drones automatisés, application de dénonciation citoyenne… Ils révèlent la ville sous-surveillance telle que fantasmée par son maire, Gaël Perdriau. Au début du mois de mars, nous apprenions que …