Metz

Description

Reconnaissance faciale

Un dispositif expérimental de reconnaissance faciale a été installé à l’entrée du stade de Metz en février 2020. L’objectif affiché était de reconnaître uniquement « les personnes interdites de stade ». Ce dispositif vise sans doute à préparer le terrain pour de grands événements sportifs comme les JO 2024.

Le FC Metz a affirmé que « dans le cadre de la loi Larrivé, uniquement afin de faire respecter les interdictions commerciales de stade, une solution de comparaison faciale a été testée […] Cette solution est un outil de prévention dans le cadre de la lutte antiterroriste et permet de détecter des objets dangereux (armes à feu, couteaux) et des colis abandonnés suspects ». L’expérimentation a été dénoncée par l’ANS (Association Nationale des Supporters) « Les supporters ne sont pas des rats de laboratoire ».

Ce dispositif de reconnaissance faciale semble être un partenariat entre le club du FC Metz, le Stade Saint Symphorien et l’entreprise messine Two-I .

L’expérimentation n’a été révélée qu’à posteriori. La CNIL a indiqué instruire le sujet. Depuis, plus de nouvelles.

Capteurs thermiques et caméras

Dans le courant de l’année 2018, la ville de Metz a mené une expérimentation avec des capteurs thermiques couplés à des caméras pour « pour sécuriser les traversées piétonnes ». La problématique semble concerner notamment les abords des équipements scolaires.

La ville de Metz en a fait une commande à l’entreprise Cerema. Cette dernière en tire un bilan fin décembre 2018, considérant qu’un tel dispositif pourrait être déployé à proximité de lycées, de stations TC ou dans les zones touristiques.»

Financement(s)

Sur les capteurs thermiques des piétons : 25 000€ sur le budget 2017. Ce dispositif de caméras thermiques coûte environ 30 000€ par carrefour

Sources :

Cette fiche a été rédigée en partie grâce aux informations inscrite sur l’outil Carré de Technopolice, n’hésitez pas à la compléter et à la mettre à jour.