Dijon – OnDijon

Description

Le projet

OnDijon est un projet dit de « Smart city », inauguré en avril 2019, par François Rebsamen – le maire et le président de la métropole – qui résulte d’un partenariat avec 4 entreprises (Bouygues, Suez, Capgemini et Citelum (EDF). Il est présenté sur le site internet de la métropole de la manière suivante : « La métropole et la ville de Dijon conçoivent et imaginent la métropole du futur, intelligente et connectée. Première étape : la création d’un poste de commandement unique et partagé avec les 23 communes du territoire. Objectifs : optimiser et mutualiser les équipements urbains (feux de circulation, éclairage public, caméras…) afin de faciliter la gestion de l’espace public ». L’objectif affiché est d’« agréger une plus grande masse de données [pour] avoir une vision globale et une réponse adaptée à tous les problèmes urbains ».

Poste de pilotage connecté

La nouveauté réside principalement dans le poste de pilotage connecté. Celui-ci permet la concentration en un seul lieu de différents postes municipaux (PC Sécurité, police municipale, centre de supervision urbaine, Allo mairie, PC Neige et PC circulation). La plateforme prévoit de géolocaliser en permanence les patrouilles de police pour améliorer l’efficience de leur déploiement. Ce dispositif inclut notamment le renouvellement des 269 caméras de surveillance de la ville.

Application citoyenne

Une application dite « citoyenne » est par ailleurs en cours de conception qui permettrait à ses utilisatrices et utilisateurs de signaler un problème sur la voie publique (éclairage en panne, encombrants sur le trottoir, trou dans la chaussée…) en se géolocalisant et en prenant une photo du présumé problème ou danger, mais aussi de gérer ses demandes administratives ou encore optimiser ses déplacements dans la métropole.

Open Data

« Grâce aux données numériques issues des équipements publics, Dijon développe une initiative inédite de métropole intelligente qui s’appuie sur l’Open Data et associe les citoyens à la création de nouveaux services publics (informations en temps réel, mobilité connectée, éclairage adapté à la fréquentation…). Le projet OnDijon met en place un partenariat public-privé-citoyen innovant, où toutes les parties prenantes partagent des données et des ressources pour améliorer les services publics. C’est la première fois qu’un projet de cette envergure en matière d’open data voit le jour en France. [4]

Dijon embrasse donc le projet cybernétique des smart cities : l’accumulation de données de toutes sortes qui rendrait « intelligente », de fait, n’importe quelle gestion de la ville. Sans oublier que si des multinationales comme Bouygues ou Capgemini sont si intéressées par de tels projets, c’est aussi parce qu’elles pourront collecter ces données, qui apparemment sont “open”- comme si le partage des données rendait le projet légitime.. Ainsi, derrière cette façade pseudo-écologique où la multiplication d’outils technologiques comme les caméras et les capteurs permettrait aux citoyens et aux autorités publiques d’améliorer leur efficacité, la métropole dijonnaise entame une nouvelle sorte de gouvernance de la ville. À travers une optimisation des flux (les feux rouges passent au vert à l’approche des bus) et la multiplication des informations et des données, la gestion de la ville est déléguée aux entreprises privées et à leurs algorithmes.

Financement(s)

105 millions d’euros dont 53 millions par Dijon Métropole, la ville de Dijon, la Région Bourgogne-Franche-Comté et le FEDER (Fonds européen de développement régional).

Sources

Cette fiche a été rédigée en partie grâce aux informations inscrite sur l’outil Carré de Technopolice, n’hésitez pas à la compléter et à la mettre à jour.