Vidéosurveillance Intelligente

Il s’agit d’une « couche de logiciel » ajoutée à la vidéosurveillance « normale ». Le dispositif cherche ainsi à détecter certains évènements se passant devant les caméras afin de faire remonter des alertes aux services de police.

L’entreprise Huawei, qui a expérimenté cette technologie à Valenciennes, a ainsi indiqué que ses caméras intelligentes permettent notamment un « traitement intelligent de l’image avec détection des mouvements de foules, objets abandonnés, situations inhabituelles… ». De la même manière, l’entreprise IBM développe un système de vidéo-analyse intelligente à Toulouse et l’a décrit comme capable de détecter des « évènements anormaux », tel que les « colis abandonné depuis plus de 2 minutes, personnes se mettant subitement à courir, franchissement d’une ligne virtuelle par un véhicule ».

L’ensemble des dévelopeurs et promoteurs de cette technologie semblent considérer que la vidéosurveillance intelligente n’est qu’une vidéosurveillance comme les autres et que le cadre juridique de la vidéosurveillance « normale » suffit. C’est une atteinte à nos libertés qui est différente et plus grave que celle d’une vidéosurveillance normale. : dès que nous avons réalisé un geste considéré comme « suspect » par la caméra, dès que nous avons fait partie d’un « mouvement de foule », dès que l’on a eu (pour reprendre l’expression de Gérard Collomb quand il était Ministre de l’intérieur), un comportement bizarre, nous attirons sur nous l’attention du logiciel et du service de police.

Pour nous aider à lutter contre le développement incontrôlé de cette technologie : venez en parler sur le forum de Technopolice ou aider à développer les analyses déjà commencées sur l’espace de travail du carré.

Plus d'infos sur :

Toulouse et Valenciennes